Pourquoi les livres numériques (entre autre) vont contribuer à votre bonheur?

 

J’ai quelques 4.000 livres stockées quelque part dans un garage.
Pour certains, ce sont des livres rares, pour la plupart ce sont des livres de poche. L’espace dans lequel je vis étant trop exigu, je ne puis les avoir chez moi.
Si je suis très attaché à ces livres, ils ne me manquent pas. Pourquoi?
Parce que aux yeux de celui qui ambitionne un jour de vivre une vie nomade, ils sont une ancre plus qu’une voile. Et ça, ça me terrifie. Vous imaginez, vous balader avec 4.000 livres, tout le temps?
Et en regardant cette vidéo, je ne puis m’empêcher de me faire cette réflexion de traverse : les livres électroniques sont un formidable outil de liberté.

Une réflexion sur “Pourquoi les livres numériques (entre autre) vont contribuer à votre bonheur?

  1. A part ma (petite) collection d’objets d’art (qui a plus une valeur sentimentale que réellement monétaire), tout rentre dans ce carton. Je m’en suis rendue compte quand j’ai fait mes valises hier en voulant quitter mon compagnon : mon netbook, ma liseuse, mon appareil photo, un sac à dos et une micro valise pour les fringues et affaires de toilettes. J’aurais pu partir à pied, ça encombre à peine le coffre de ma voiture (pourtant ridiculement petite)
    Dix minutes pour tout plier (enfin, non les fringues étaient un peu en vrac). En fait, j’y réfléchi depuis longtemps (pas à quitter mon compagnon, ça c’était un coup de sang, un ras-le-bol et ça ne s’est pas fait), mais à ce qui m’est essentiel.
    Ado, à la télé, j’avais vu un type qui allait chez les gens et leur demandait : « Si jamais il y avait un accident nucléaire et que vous aviez dix minutes pour plier vos affaires et quitter définitivement votre maison, qu’emporteriez-vous ? » Avec application à l’appui : il filmait les gens pendant dix minutes qui pliaient bagages : certains pensaient sous-vêtements, produits de soins, d’autres pensaient photos, bouquins, souvenirs…
    L’image doit avoir plus de quinze ans et pourtant je vois encore cette femme qui embarque toutes ses petites culottes en quatrième vitesse… oubliant sur l’étagère les photos de famille et les livres. J’ai toujours ma liseuse sur moi, mon ordi pas loin, mon appareil photo aussi (pas le chargeur, grave erreur, j’ai passé 3minutes à le chercher, ce qui n’a rien fait pour me calmer !), parce que je me dis toujours que c’est ce qui est vital pour moi : lire, découvrir, communiquer, créer. Après, seulement je pense à mes sous-vêtements, mes fringues et ma brosse à dents. Ca on trouve toujours ailleurs…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s